Rencontres

PALOMA SERMON-DAI – ANNULE

Mercredi 28 octobre à 14h00

Avec son film « Petit samedi »,Paloma Sermon-Daï nous raconte l’histoire très personnelle de son frère Damien, un homme de 43 ans qui essaie de sortir de l’enfer de l’addiction sous le regard bienveillant et attentif d’Ysma, leur mère protectrice.  

Damien Samedi a 43 ans. Quand il était enfant, dans son petit village wallon en bord de Meuse, on l’appelait le « Petit Samedi ». Pour sa mère Ysma, Damien est toujours son gamin, celui qu’elle n’a jamais abandonné lorsqu’il est tombé dans la drogue. Un fils qui a, malgré tout, cherché à protéger sa mère. Un homme qui tente aujourd’hui de se libérer de ses addictions et qui fait face à son histoire pour s’en sortir. Porté par la relation qu’il entretient avec sa mère, ce doux rêveur part en quête du jeune homme laissé sur le bord de la route, au mauvais endroit, à la mauvaise époque. Cela donne un film très touchant et d’une grande humanité (texte RTBF)


ERIC WALRAVENS

Mercredi 28 octobre à 19h30

Longtemps correspondent politique européen pour l’agence Belga, Eric Walravens s’est spécialisé dans les questions fiscales et financières. En 2014, il publie « Dumping fiscal. Enquête sur un chantage qui ruine nos Etats ». L’enquête démonte les rouages de la concurrence fiscale européenne et les mécanismes qui permettent aux entreprises de réduire à néant leur contribution à l’impôt. Il a rejoint le CNCD-11.11.11, coupole des ONG belges, active notamment sur les questions de Justice fiscale, tout en poursuivant une activité de journaliste indépendant.

Pour Médor, il a publié des enquêtes sur le projet de stade national de football, sur le bourgmestre controversé Emir Kir ou sur les filières nigérianes d’exploitation sexuelle en Europe. Il travaille aussi sur les thématiques sociales.

Il est le lauréat du prix du Conseil fédéral du développement durable pour un article sur l’ubérisation en 2015. Depuis 2020, il est également professeur invité à l’IHECS, où il donne un cours de journalisme d’investigation dans le cadre d’un master international.

Le dumping fiscal

La fiscalité internationale, un thème ardu ? Un peu technique, peut-être, mais surtout essentiel si on veut comprendre les mécanismes qui conduisent aujourd’hui à définancer les services publics. La concurrence fiscale entre les Etats les conduit à offrir des rabais fiscaux toujours plus généreux aux entreprises multinationales, dans une course à l’emploi qui ressemble parfois à un chantage. La Belgique, aussi, participe à cette compétition délétère, sans se l’avouer. Pourtant, des solutions politiques sont à portée de main.


JEHANNE BERGE

Jeudi 29 octobre à 13h00

Jehanne Bergé, 31 ans, a étudié la communication et l’Animation Socio-Culturelle à l’Ihecs. Après la création d’un projet événementiel à succès, elle part au Québec découvrir le Conte. Ensuite, direction le Liban pendant deux ans, où elle récolte des histoires et se lance comme journaliste freelance. De son dernier périple de Bruxelles à Téhéran, elle ressort bouleversée. Elle cherche un moyen de partager les récits de cette jeunesse rencontrée sur les routes. 2019, Bruxelles, elle collabore avec différentes rédactions (Grenades, Moustique, Medor…). Elle se forme à l’art de l’oralité. En 2020, Jehanne décide de se lancer dans ce qui l’anime le plus : raconter le réel. Du journalisme intime et vivant. Au programme: le Liban, l’Argentine, l’Iran. Et partout, les identités multiples.

Spectacle du réel

Jehanne Bergé présentera une partie de son « spectacle » du réel qui évolue au fil de l’actualité. Elle expliquera sa démarche et les pouvoirs de l’oralité pour créer du lien et partager des émotions collectives. A travers les histoires personnelles, accéder à l’universel, tel est son objectif et c’est ce qu’elle va essayer de nous expliquer.


ADRIENNE SURPRENANT

Jeudi 29 octobre à 14h00

Adrienne Surprenant est une photographe indépendante, membre du Collectif Item et de Women Photograph. Du Nicaragua, en passant par le Liban, la Somalie et la Centrafrique, son travail traite de l‘intersection entre les problématiques sociales et environnementales. Son premier reportage En attendant le Canal au Nicaragua a été exposé à Visa pour l’image 2015. Ses reportages ont été publiés dans des médias canadiens et internationaux tels que Time, Le Monde Diplomatique, Al Jazeera, Le Devoir & El Pais Semanal. 

Documenter l’intersection de problématiques environnementales et sociales

Du Nicaragua à la République Centrafricaine

« En attendant le canal au Nicaragua » est une documentation des modes de vie et écosystèmes menacés par un mégaprojet de construction. Paysans, pêcheurs et citadins se sont posés en défenseurs de l’environnement. Des années plus tard, les feux dans la réserve naturelle Indio Maiz contribuaient à déclencher au Nicaragua un mouvement social qui a laissé des centaines de morts et de blessés. En République Centrafricaine, d’intenses inondations causées par le Dipôle de l’Océan Indien sont venus ravager une fois de plus les habitations et terrains de populations rendues vulnérables par un conflit qui, commencé en 2013, traîne en longueur. Environnement et crise sociale sont intrinsèquement liés, comment photographier ce lien pour informer ?


FREDERIC LOORE

Jeudi 29 octobre à 18h30

Journaliste indépendant et collaborateur régulier de Paris Match (Belgique et France) depuis 2001, en charge des grands reportages et des enquêtes.

Il collabore également à La Libre Belgique et à Wilfried. Ses articles ont par ailleurs été diffusés dans de nombreux journaux et magazines belges et français.

Co-fondateur du blog « Le meilleur des mondes.be », il poursuit un long travail d’enquête et de réflexion sur différentes thématiques liées aux phénomènes du trafic et de la traite des êtres humains.

Il a publié les ouvrages suivants : « Uranium appauvri. La guerre invisible » (Robert Laffont, 2001) ; « Belgique en sous-sol. Immigration, traite et crime organisé » (Racine, 2007) ; « Derniers de cordée » (Aplanos, 2012) ; « Marque ou crève » (Avant-Propos, 2014).

Six fois boursier du Fonds pour le Journalisme en Belgique francophone, lauréat du Prix de Journalisme du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2019 et du Prix de la presse Belfius 2018 pour un long format numérique consacré au trafic de transmigrants sur les autoroutes de Belgique et du nord de la France. Il a également été récompensé par le Prix de journalisme 2013 du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour son reportage en Côte d’Ivoire sur les « damnés du foot africain ». Enfin, lauréat du Prix international de journalisme Lorenzo Natali 2011, décerné par la Commission européenne pour son enquête sur le trafic d’enfants entre la Roumanie et la Belgique.

Formateur en journalisme de temps long et d’investigation à l’Ihecs (Institut des Hautes Études des Communications Sociales – Bruxelles) et à l’Ihecs Academy.

En 2015, Frédéric a obtenu une bourse du Fonds européen pour le journalisme dans le cadre d’une enquête internationale sur le trafic de migrants en Méditerranée.

Migrants : L’ autoroute du trafic

« Elle s’appelait Mawda, elle avait 2 ans. Née en Allemagne de parents kurdes qui fuyaient l’Irak, elle n’aura connu que l’errance. Une nuit du mois de mai dernier, elle a perdu la vie sur l’autoroute E42 entre Namur et Mons, au terme d’une course-poursuite entre des patrouilleurs de la police fédérale de la route et le passeur qui conduisait la camionnette dans laquelle s’entassaient une trentaine de migrants. Une balle perdue et son chemin d’exil s’est arrêté net… »

Frédéric vous présentera Jeudi soir son enquête sur le trafic de migrants par camions sur les autoroutes de Belgique et du Nord de la France


SILVAIN GIRE (ARTE Radio)

Jeudi 29 octobre à 19h30

Silvain Gire est auteur, journaliste, responsable d’ARTE Radio.

Pionnière du podcast, la radio web d’ARTE propose des émissions de référence sur le féminisme (« Un podcast à soi ») ainsi que des documentaires, des séries et des fictions sonores à succès, récompensés par de nombreux prix.

Elle produit de jeunes auteur(e)s, parfois débutant(e)s, qui renouvellent l’écriture sonore en travaillant sur l’autofiction, l’intime, le politique ou l’humour. Pour sortir le podcast de son écoute individuelle, le responsable d’ ARTE Radio anime régulièrement des séances publiques, légères et détendues, pour profiter ensemble des charmes de l’écoute. Il propose pour Passeurs de réel un programme varié dans le ton comme dans les formats pour découvrir ces nouvelles formes de récits sonores.

Silvain Gire va nous faire voyager dans les créations audio de Arte Radio! Tendez les oreilles…